9a602e7f0d9d3be2eb17a2214962f892

Je lis de-ci, de-là des blogs de personnes vivant une période de célibat et qui semblent mal vivre cet état.

Je me suis penchée sur mon propre cas étant une spécialiste de ce statut.

A 20 ans, j'ai quitté la vie étudiante pour entrer dans la vie de maman célibataire, j'ai vécu seule ma grossesse et les deux premières années de ma fille . Ce furent de belles années pour moi, consacrées à mon bébé et au début de ma vie professionnelle. Le célibat ne me pesait pas du tout, je ne me posais pas de questions. A cette époque, j'étais une jeune fille devenue maman, la femme n'existait pas encore. Je comblais mon besoin d'amour et de chaleur humaine par ma relation exclusive avec mon enfant.

A 24 ans, je rencontrais celui qui allait devenir mon mari, et c'est le plus naturellement du monde qu'il trouva sa place avec Charlotte et moi. Nous avions une relation complice, harmonieuse. J'éprouvais de l'amour pour lui, mais notre relation était plus basée sur une complicité intellectuelle et l'envie de construire une famille, d'ailleurs ma douce Léa vint concrétiser ce projet. C'est juste après qu'il comprit que ses sentiments envers moi n'étaient pas amoureux. Il me quitta pour épouser une femme qu'il aimait vraiment .

J'avais alors 27 ans, ce départ que je vécu comme un abandon réveilla toutes mes blessures et me fis sombrer dans une profonde dépression qui durera de longues années pendant lesquelles je me jetais à coeur perdu dans des relations vouées à l'échec tellement mon besoin d'amour était fort, et j'attendais de mes ''amoureux'' qu'ils le comblent. Un point positif, ces différents partenaires m'ont fait découvrir la femme que j'étais et le plaisir de la communion des corps et des sens.

Néanmoins, je gardais mon statut de célibataire, plus par incapacité à mixer ma vie de maman et ma vie de femme que par envie.

A 39 ans, après une rupture de plus que je vécu encore comme un abandon, qui me rendis infiniment triste, je compris enfin que ce besoin d'amour, de sécurité affective ne devait pas venir des autres, que ce soit de mes enfants ou de mes amoureux.

 L'année de mes 40 ans fut celle de la révélation, enfin je me suis sentie en harmonie avec mon moi intérieur.

Alors certes, j'ai vécu une expérience de vie de couple, désastreuse, mais c'est librement que je m'y suis engagée et tout aussi librement que j'ai décidé d'y mettre fin.

Depuis, je suis célibataire et je le vis très bien ! Parce que tout simplement je suis bien dans ma peau, que je n'ai pas besoin du regard extérieur pour exister, être moi.

 Pour conclure, je dirai que le bonheur intérieur ne vient pas du statut, célibataire ou en couple, mais de la paix dans notre esprit et dans notre corps,

J'aime cette période de ma vie en solitaire. Parce que ma vie est bien remplie par mes enfants, ma famille, mes amis et mon travail .

 Aujourd'hui donc, je suis célibataire et je le vis bien, et je suis persuadée que, parce que justement je ne suis pas en demande, l'amour d'un autre viendra à moi un jour, Je ne vis plus dans cette attente, je vis tout simplement, rien que cela me rend heureuse, le reste serait du plus.